BitNami : le n’ami des développeurs

En cherchant comment installer un environnement PHP / PostgreSQL facilement (comprenez : « je suis un gros flemmard »), je suis tombé sur le site http://bitnami.org . C’est seulement après coup que je me suis aperçu que Tonton Korben en avait parlé récemment sur son blog. Les outils proposés par BitNami sont fantastiques ! Ils permettent de déployer des environnements de développement en deux coups de cuillère à pot. Et il y en a pour tous les goûts : pour Linux, pour Windows, pour Mac, du PostgreSQL, du MySQL, etc. BitNami propose également une installation rapide d’outils très connus comme Mantis, eZ Publish, Drupal, etc. (mais ce n’est pas l’objet de notre problème ici).

Voici la procédure d’installation d’un environnement LAPP 1.2.1 ( Linux, Apache, PHP, PostgreSQL) :

1) Télécharger l’installateur. Pour LAPP, le lien est le suivant : http://bitnami.org/stack/lappstack

2) Rendre le fichier téléchargé exécutable : chmod +x bitnami-lappstack-1.2-1-linux-installer.bin

3) Lancer l’installateur : ./bitnami-lappstack-1.2-1-linux-installer.bin

4) Choisir le chemin d’installation (par défaut le home est proposé)

5) Saisir le mot de passe, qui sera ensuite attribué aux comptes administrateur de phpPgAdmin et de postgreSQL

6) L’installation s’effectue… Et voilà, ça tourne !

Quelques infos pratiques :

- phppgadmin se trouve à l’adresse http://127.0.0.1:8080/phppgadmin

- Vos projets sont à placer dans /<chemin d’installation de lappstack>/apache2/htdocs/

- Commande pour arrêter / démarrer / relancer les services : ./ctlscript.sh (start|stop|restart)

(Les services ne sont pas exécutés automatiquement au lancement de la machine)

- Un script de désinstallation est également fourni

- Le compte phpPgAdmin est administrator

- Le compte postgreSQL est postgres

- Licence : Apache

- J’imagine qu’une installation en production par BitNami n’est pas recommandée, dans ces cas-là on n’échappe pas au cambouis !

Taskix

Voilà un article qui risque certainement de ne pas rester dans les mémoires très longtemps, mais bon, pour ceux qui travaillent toujours sous Windows xp ou Vista (pour Windows 7 je ne sais pas), il existe un petit outil très pratique (comme toujours ;-) ) qui permet de déplacer à volonté les éléments de la barre des tâches. Ça parait anodin comme ça, mais quand on a 10 fenêtres ouvertes en permanence, sans compter les machines virtuelles, et qu’on est un peu maniaque, on aime bien retrouver rapidement ses petits. Ce programme salvateur (il en existe d’autres) s’appelle Taskix.

Lien vers le site officiel : http://taskix.robustit.com

Profiter des améliorations sur Virtualbox

Versions utilisées :

  • Ubuntu 9.10
  • Virtualbox 3.1.2

Lorsqu’on utilise Ubuntu sur Virtualbox, par défaut il y a deux limitations assez désagréables :

  • La résolution maximale de la machine virtuelle est de 800*600 (quoique ça peut plaire aux nostalgiques :-) )
  • Pour passer le curseur de la souris de la machine virtuelle à la machine physique, il faut appuyer sur la touche Ctrl (de droite par défaut). Inversement, il faut cliquer sur la fenêtre de la machine virtuelle pour y entrer.

Pour contourner définitivement ces problèmes, il suffit de suivre la manipulation suivante :

  1. Lancer la VM
  2. Aller dans le menu Périphériques / Installer les Additions invité…
    Un disque est alors monté au bout de quelques secondes (dans l’installation de Virtualbox il y a un petit .iso en plus).
  3. Lorsque le disque est monté (un raccourci CD nommé VBOXADDITIONS_3 doit apparaitre sur le bureau), ouvrir un terminal et saisir les commandes suivantes :
    cd /media/cdrom
    sudo bash ./VBoxLinuxAdditions-x86.run (en fait il y a plusieurs .run, à vous de choisir celui qui convient à votre cas)
  4. Eteindre complètement la VM
  5. Relancer la VM (le disque sera maintenant toujours monté par défaut)
  6. Si la résolution ne s’est pas déjà augmentée toute seule, le choix des résolutions devrait être plus important dans le menu habituel : Système / Préférences / Affichage

Prise de main sans prise de tête

TeamViewer est un logiciel de prise de main à distance fort pratique, aussi bien pour vous que pour mamie :

  • Il ne nécessite pas d’installation (on peut aussi l’installer)
  • Il ne nécessite aucune configuration côté client et côté serveur (ni de configuration du routeur)
  • Il fonctionne sous Windows, Mac, et apparemment aussi sous Linux avec Wine
  • La qualité d’affichage est calculée en fonction de la vitesse de transmission des données
  • Il est gratuit (pour un usage personnel)
  • Il est sécurisé
  • Il est en français

Pour l’utiliser, rien de plus simple. Comme pour tous les logiciels de ce type, le principe est de le lancer sur les 2 postes, celui du dépanneur et celui du chieur. Un identifiant et un mot de passe sont alors générés des deux côtés, il suffit pour le dépanneur de saisir ceux de l’autre dans les champs prévus à cet effet, et hop, la connexion est établie.

Pour télécharger cet outil, c’est par ici : http://www.teamviewer.com/fr/

Télécharger les outils java

Sur le site de Sun, si vous ne savez jamais sur quelle page aller pour télécharger un produit d’une certaine version, un JRE, un JDK, ou autre, il suffit de vous rendre sur cette page: http://java.sun.com/products/archive/ dans laquelle sont regroupés tous les produits par version (puis par plateforme lorsqu’un produit est sélectionné).

Elle est pas belle la vie?

Note : depuis le rachat par Oracle, le lien a changé. Le nouveau lien est http://www.oracle.com/technetwork/java/archive-139210.html (je garde tout de même l’ancien lien par pure nostalgie)